Menu

Entretien

Comment entretenir son kokedama?

Avant d’attaquer avec les besoins bien spécifiques de certains kokedama et d’aller sur des fiches d’entretien plus pointues pour chaque plante, attardons-nous sur les besoins d’un kokedama au sens large du terme. L’arrosage, le maintien de l’humidité ambiante et un bon endroit pour y placer votre kokedama sont les clés de la réussite.

Apprenez à entretenir vos kokedama dans votre intérieur.

Création et entretien :

Il n’y a pas qu’une façon de réaliser un kokedama, il y a plusieurs écoles et surtout il faut adapter la construction même de cette petite boule de mousse aux besoins de la plante qu’elle contient.

Si la boule de mousse est inadaptée aux conditions de vie requises de la plante à l’intérieur c’est la mort assurée. Certaines plantes vont nécessiter un mélange très rétenteur, d’autres très aérés, d’autres plutôt sec… C’est pour cela qu’il n’y a pas de recettes toutes faites et qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire.
Tout le monde a ses petites préférences en ce qui concerne les matériaux utilisés pour créer le kokedama. Pour ma part je n’utilise pas de terre de Keto et d’akadama car ils proviennent du Japon et qu’ils peuvent être très facilement substitués par des produits locaux : moins cher, pas de transport, empreinte écologique moindre… Pour la sphaigne, malheureusement, elle provient du Chili et il n’y a pas d’alternative avantageuse.

On pourra néanmoins voir ensemble comment préparer le mélange à base de keto si cela vous intéresse.

Mousse et humidité :

Astuce d'entretien de la mousse des kokedama pour qu'elle reste bien verte.

La mousse, c’est le dénominateur commun de tous les kokedama. Sans mousse pas de « boule de mousse ». Pour vivre et croître elle nécessite une humidité élevée et des apports en eau réguliers. Inutile de vous dire que le taux d’humidité dans un intérieur n’est pas du tout adapté à la culture de la mousse (et heureusement pour nos intérieurs). Il faut donc augmenter localement l’humidité disponible pour la boule de mousse. Pour cela deux solutions simples : le plateau avec les billes d’argile ou le plateau de sable. Dans les deux cas le but est de maintenir une zone humide juste en dessous de la boule de mousse sans pour autant la faire tremper dans l’eau. Laisser la boule tremper dans un peu d’eau est la pire des solutions car cela va inévitablement entraîner la mort de la plante qu’elle contient en faisant pourrir ses racines.

Les plateaux de culture :

Le plateau de billes d’argile ; est une solution simple et efficace en intérieur. Il suffit de disposer d’un petit bac que l’on remplit de billes d’argiles achetées en jardinerie. On ajoute ensuite de l’eau pour arriver un petit peu en dessous du niveau des billes. Les kokedama sont alors placés sur les billes. L’eau qui est évaporée du plateau profite directement aux plantes situées au dessus. Il faut alors de temps en temps compléter le niveau d’eau dans le bac. Ceci ne dispense pas d’arrosage.

Ce genre de plateaux est déjà utilisé par les amateurs de bonsaï car l’entretien des mame bonsaï (littéralement bonsaï petit-pois en japonais # moins de 8cm) et des plantes d’accompagnement (shitakusa et kusamono) posent les mêmes difficultés d’arrosage. Voici quelques photos de plateaux de culture utilisés au Japon chez maître HIRAMATSU à Shunsho-en.

plateau de culture avec gravier pour mame bonsaï et kokedama plateau de culture utilisé pour les shitakusa et les kokedama kokedama - plateau de culture 10

Le plateau de sable ou de gravier ; est plutôt une solution à privilégier pour l’extérieur mais peut aussi être utilisé en intérieur. Le principe est le même, on remplit un bac avec du sable fin que l’on humidifie. En extérieur on peut utiliser un petit bac avec des trous de drainage, on place alors une grande feuille de journal au fond pour que le sable ne s’échappe pas (au contraire de l’eau). Cette petite astuce permets d’éviter de voir les kokedama tremper dans l’eau à la première averse si celui-ci n’est pas abrité. On peut observer sur les photos ci-dessus que les plateaux ne sont pas posés à même le sol pour éviter que des parasites (escargots, limaces…) ne viennent dévaster les plantes.

Arrosage des kokedama :

L’humidité créée ne dispense pas d’arrosage. Il existe plusieurs manière d’arroser vos kokedama. A l’arrosoir classiquement ou par trempage pour assurer une pénétration bien en profondeur de l’eau (ou pour une réhydratation importante due à un manque de soins pendant une longue période).

Il faut arroser aussitôt après la création du kokedama car la manipulation du mélange l’assèche et il en va de même pour la mise à l’air des racines de plantes. Ensuite il faut arroser lorsque cela est nécessaire.

Les fréquences d’arrosage sont à adapter à l’exposition de vos kokedama, aux plantes qu’ils contiennent etc. Et c’est là que ça se complique. Souvent on voudrait une formule toute faite pour savoir quand arroser mais il n’y en a pas. On peut se faire très vite surprendre à n’importe quel moment de l’année. Un temps chaud et sec avec du soleil dessèche vite un kokedama et nous nous en doutons, en revanche un temps nuageux mais avec du vent sera tout aussi dangereux.

Si la mousse est revivissante, elle reprendra vie après un bon bassinage même si elle est complètement sèche, il n’en ira pas de même pour la plante qu’elle accompagne. Alors surveillez vos kokedama quotidiennement et pensez à arroser.

Articles liés à l’entretien des kokedama :

Quand et comment arroser un kokedama

comment arroser un kokedama

Printemps et arrosage des kokedama

arrosage des kokedama au printemps

Entretien des plantes après plusieurs mois

kokedama entretien après pluisieurs mois

Refaire un kokedama : subtrat et mousse

réparer ses kokedama à la fin de l'hiver

Protéger ses kokedamas des oiseaux

kokedama et ravageurs - oiseaux

A venir…

>>Entretien en intérieur : arrosage/exposition/astuces de culture/pièges à éviter (arbres d’extérieur à l’intérieur)

>> Entretien en extérieur arrosage/exposition/astuces de culture/pièges à éviter (limaces, escargots, mettre sur des étagères ; gelées prolongées)

>> Fiches de différentes espèces cultivées en kokedama